TDAH Varennes et cie
2 février 2019

LE TDAH, UNE MODE?

Santé
Karine Bastien, Jean-Philippe Paré & Marie-Claude Pharmaciens

De nombreuses personnes ont de fausses croyances concernant le TDAH : quand ça ne fait pas partie de leur quotidien, c’est facile de dire qu’on drogue des enfants dont les parents sont « à boutte » et incapables de discipliner leur enfant-roi! Je vais donc dissiper quelques mythes sur le TDAH ou trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité et la médication.

LE SAVIEZ-VOUS?
5 à 9% des enfants et des adolescents et environ 3 à 5% des adultes en Amérique du Nord sont atteints de TDAH.

Le TDAH est un problème neurologique qui peut entrainer des difficultés à moduler les idées (inattention), les gestes (bougeotte physique), les comportements (impulsivité) et les émotions (hyper-réactivité émotionnelle). Il est clair que l’hérédité joue un rôle important.

CARACTÉRISTIQUES DU TDAH

INATTENTION

  • a du mal à maintenir une attention soutenue
  • tend à commettre des fautes de distraction
  • donne l’impression de ne pas écouter quand on lui parle
  • a du mal à organiser ses travaux
  • est rebuté à l’idée d’accomplir des tâches qui nécessitent un effort de concentration
  • perd souvent ses outils de travail

HYPERACTIVITÉ ET IMPULSIVITÉ

  • se tortille sur sa chaise
  • remue les pieds et les mains
  • se lève souvent, court et grimpe à des moments inopportuns
  • éprouve beaucoup de difficultés à rester calme et parle souvent trop
  • répond avant la fin de la question quand on lui parle
  • interrompt les autres
  • a de la difficulté à attendre son tour

LA MÉDICATION

Le médicament constitue un outil, parmi d’autres, pour offrir une meilleure qualité de vie à l’enfant atteint de TDAH et ne devrait pas être utilisé comme solution unique. À la suite d’un tel diagnostic, il est important de mettre en place des moyens d’intervention pour diminuer les symptômes car c’est un trouble chronique, qui perdure toute la vie. Il est primordial de consulter des intervenants spécialisés (psycho-éducateur, éducateur spécialisé, orthophoniste, ergothérapeute, etc) et de travailler en collaboration avec l’école car l’enfant y passe une majeure partie de son temps.

LES TYPES DE MÉDICAMENTS

  1. Psychostimulants à base d’amphétamines : Adderall, Vyvanse, Dexedrine
  2. Psychostimulants à base de méthylphénidate : Concerta, Biphentin, Foquest, Ritalin
  3. Non-psychostimulants : Strattera, Intuniv

Certains parents sont surpris d’apprendre que le médicament est un psychostimulant. Ce dernier ne va pas stimuler leur enfant mais bien diminuer son agitation et augmenter sa capacité à se contrôler, à se concentrer en multipliant les neurotransmetteurs dans le cerveau.

MYTHES ET RÉALITÉS

1. Je ne veux pas que mon enfant prenne ces médicaments : il y a trop d’effets secondaires.

Les effets secondaires les plus fréquents sont :

  • diminution de l’appétit
  • difficulté à s’endormir le soir
  • maux de tête

Ces effets secondaires sont, chez la majorité des enfants, transitoires et vont diminuer puis disparaitre en 2 à 3 semaines. Consultez-nous pour connaitre des trucs pour mieux vivre cette transition. Par exemple, on peut compenser la baisse d’appétit du diner, ou le médicament fait bien effet, en prenant une collation nutritive au coucher.

2. Le médicament va changer la personnalité et l’humeur de mon enfant.

Faux. Si vous remarquez, qu’en prenant son médicament, votre enfant est amorphe, qu’il a des changements importants d’humeur, de tempérament ou des effets secondaires incommodants qui persistent, son traitement n’est pas approprié. Discutez-en avec votre pharmacien ou médecin.

3. En prenant un tel médicament, mon enfant sera plus à risque de développer une dépendance à la drogue et aux médicaments.

Faux. Au contraire, les recherches démontrent que ce sont les enfants non traités pour leur TDAH qui sont plus susceptibles de s’auto-médicamenter avec la drogue, l’alcool, etc. à l’adolescence et à l’âge adulte.

Lorsque la réussite scolaire, les relations sociales et l’harmonie familiale sont difficiles, une médication devrait être envisagée : pensez à votre enfant, son estime de lui-même et oubliez donc les commentaires de tous et chacun.

Il est impossible de savoir à l’avance quelle médication sera la bonne pour votre enfant. Il y aura des ajustements à faire et il faut garder en tête, chers parents, votre objectif commun : que votre enfant vive des succès personnels (moins se faire réprimander, améliorer ses résultats scolaires, se faire inviter chez des amis, etc.). Un médicament bien ajusté ne guérit pas le TDAH, mais diminue les symptômes, améliore le fonctionnement et assure à l’enfant l’accès à son plein potentiel pour qu’il s’épanouisse et devienne un adulte qui se sent bien dans sa peau et qui développe les outils pour aller au bout de ses rêves.

Venez nous consultez pour de plus amples informations. Nous avons aussi, à la pharmacie, du matériel éducatif et des outils sensoriels pour venir en aide à votre enfant.

Karine Bastien, pharmacienne de famille


le Varennes & cie est rendu possible grâce à la contribution de l'équipe d'agence Caza!

Crédits photos : De pathdoc/www.shutterstock.com

Laissez-nous vos commentaires... On aime vous entendre!

Varennes & Cie accorde une importance majeure au contenu des textes publiés sur sa tribune mais n’est pas responsable des erreurs de français de leurs auteurs.