Groupe Codeve LR varennes et cie
9 septembre 2019

Le groupe CodEve est à la recherche d’entrepreneures pour joindre ses rangs

actualités
MRC Marguerite-D'Youville

Le groupe CodEve, un groupe de codéveloppement au féminin, débutera une nouvelle cohorte de femmes en affaires qui se déroulera en quatre rencontres et débutera le 27 septembre prochain.

L’objectif de ce regroupement est de permettre aux femmes entrepreneures de présenter au groupe de codéveloppement une problématique ou un enjeu professionnel vécu dans leur entreprise afin d’obtenir des suggestions pratiques, des commentaires ou des critiques constructives dans un esprit d’entraide et de codéveloppement.

CodEve est ouvert à toutes les femmes entrepreneures en phase de démarrage d’entreprise quel que soit leur secteur d’activité. Le regroupement permet aux femmes en affaires de consolider leur statut d’entrepreneure et d’être plus efficace dans leur pratique professionnelle.

Pour participer gratuitement au groupe CodEve, prévue à Verchères, les vendredis 27 septembre, 25 octobre, 29 novembre et 13 décembre de 8 h 30 à 11 h 30, rendez-vous au www.eventbrite.ca et tapez CODEVE dans l’outil de recherche pour vous inscrire. Date limite : 20 septembre 2019.

Pour en apprendre davantage sur CodEve, communiquez avec Mme Andrée-Anne Beaudoin, conseillère aux entreprises à la MRC de Marguerite-D’Youvillle au (450) 583-3303 poste 224 ou, par courriel à l’adresse abeaudoin@margueritedyouville.ca.

Photo : M. Daniel Plouffe, maire de Calixa-Lavallée, M. Alexandre Bélisle, maire de Verchères, Mme Maud Allaire, mairesse de Contrecoeur, Mme Suzanne Roy, préfet de la MRC de Marguerite-D’Youville et mairesse de Sainte-Julie, Mme Andrée-Anne Beaudoin, conseillère aux entreprises à la MRC, M. Martin Damphousse, maire de Varennes et M. Stéphane Williams, maire de Saint-Amable.


Le Varennes & cie est rendu possible grâce à la contribution de l'équipe d'agence Caza!

Laissez-nous vos commentaires... On aime vous entendre!

Varennes & Cie accorde une importance majeure au contenu des textes publiés sur sa tribune mais n’est pas responsable des erreurs de français de leurs auteurs.