Actualite Aucun plomb Varennes et cie2
25 octobre 2019

Aucun plomb dans les conduites des réseaux d’aqueduc des villes de Varennes, Sainte-Julie et Saint-Amable

actualités
Ville de Varennes

La Régie intermunicipale de l’eau potable (RIEP) Varennes, Sainte-Julie et Saint-Amable ainsi que les trois administrations municipales ne figurent pas parmi les municipalités qui ont transmis au moins un résultat de plomb hors normes au ministère de l’Environnement du Québec.

En référence à l’article intitulé Plomb dans l’eau: des cas « hors normes » dans 120 villes publié dans La Presse du 24 octobre 2019, le président de la RIEP et maire de Varennes, Martin Damphousse, rassure la population et affirme : « Les conduites des réseaux d’aqueduc des villes de Varennes, Sainte-Julie et Saint-Amable ne sont pas en plomb et la RIEP produit une eau potable d’une qualité qui dépasse les standards établis par la règlementation québécoise ».

Seuls les immeubles privés qui ont été construits avant les années quarante sont susceptibles de comporter des tuyaux de plomb raccordés au réseau de distribution d’eau municipal. « Le cas échant, nous demandons aux propriétaires de procéder aux vérifications et d’apporter les corrections nécessaires », affirme Suzanne Roy, mairesse de Sainte-Julie et première vice-présidente de la RIEP.

Rappelons que la RIEP adhère au Programme d’excellence en eau potable/volet traitement du Réseau Environnement et s’est vu décerné le 23 octobre dernier un prix d’excellence pour la qualité de son eau. « Nous tenons à remercier et à féliciter le personnel de la RIEP qui assure les meilleures pratiques de gestion afin que les citoyens de nos trois villes boivent une eau potable de grande qualité », conclut le maire de Saint-Amable et second vice-président de la RIEP, Stéphane Williams.


Le Varennes & cie est rendu possible grâce à la contribution de l'équipe d'agence Caza!

Laissez-nous vos commentaires... On aime vous entendre!

Varennes & Cie accorde une importance majeure au contenu des textes publiés sur sa tribune mais n’est pas responsable des erreurs de français de leurs auteurs.