20180709 merite architectural2
10 juillet 2018

Le conseil municipal de Varennes attribue le Mérite architectural

actualités
Ville de Varennes

En respect de son engagement à reconnaitre les projets de construction, de rénovation et de restauration qui présentent des caractères architecturaux de qualité, le conseil municipal est fier d’attribuer le Mérite architectural de Varennes afin de souligner la mise en valeur du cadre bâti varennois.

Un jury composé de professionnels du Service de l’urbanisme et de l’environnement ainsi que de membres du comité consultatif d’urbanisme de la Ville a déterminé les lauréats de chaque catégorie :
• Bâtiments résidentiels
• Bâtiments commerciaux, industriels ou publics
• Bâtiments patrimonniaux

Chacun des projets a été évalué en fonction des critères suivants : la qualité architecturale, l’innovation et l’originalité, la qualité des aménagements paysagers, l’intégration d’éléments écologiques, l’intégration à l’environnement et l’accessibilité des lieux pour les personnes à mobilité réduite. Le Mérite architectural 2018 récompense ainsi les efforts des propriétaires pour l’embellissement urbain varennois au cours de l’année précédente.

Les lauréats sont les suivants :
1. Mérite architectural 2018 dans la catégorie bâtiment résidentiel :
139, rue Charles-Primeau (Mélissa Côté et Mathieu Hinse)
2. Mérite architectural 2018 dans la catégorie bâtiment commercial, industriel et public :
100, rue Jean-Coutu (Éric Drapeau)
3. Mérite architectural 2018 dans la catégorie bâtiment patrimonial :
4900, chemin de la Pointe-aux-Pruches (Nathalie Cloutier Fons et Charles Provost)
4. Coup de coeur du conseil municipal
4711, chemin de la Baronnie (Sophie Jodoin et Daniel Patenaude)

« Félicitations aux récipiendaires pour la qualité et l’esthétisme de vos projets architecturaux en lien avec vos bâtiments résidentiels, commerciaux et industriels », a déclaré le maire Martin Damphousse lors de la cérémonie

Laissez-nous vos commentaires... On aime vous entendre!

Varennes & Cie accorde une importance majeure au contenu des textes publiés sur sa tribune mais n’est pas responsable des erreurs de français de leurs auteurs.